Le vent des Caraïbes a soufflé sur une boue.

Et, d’un coup,

Naquit celui qui, pour beaucoup,

A l’impérialisme alla porter un terrible coup.

 

La mer des Caraïbes, en trente six pas

De Joropo (1), fit don au Venézuéla

À Haiti, à la Bolivie, au Nicaragua

Et même à Cuba

D’un frère dont le trépas

Nous met tous en émoi.

 

Ta mort physique, Hugo, place un sourire

Sur le visage du “Caïman-étoilé” (2)

Dont la lyre

Annonça ta disparition_en route pour l’éternité.

 

Hugo, tu t’en vas.

Mais ne s’en va pas

L’esprit de combat.

 

L’huile_ qui agite les instincts lucratifs du Caïman_

Ne fera ni un pas kita(3), ni un pas nago(4)

Aujourd’hui, demain et après l’enterrement

Du cher camarade Hugo.

 

Les océans grondent,

Et les oiseaux te chantent:

 

!Hasta luego

Frère Hugo!

 

Le tamtam des laboureurs,

Les pas des soldats révolutionaires

Ainsi te saluent: !Hasta luego

Comandante Hugo!

 

Les sueurs des paysans

Qui arrosent les champs

Te baignent en te disant: !Hasta luego

Querido Hugo!

 

Les biceps exploités des travailleurs

Mal remunérés malgré leur rude labeur

T’embrassent et te crient: !Hasta luego

Amigo Hugo!

 

Le pays habité par des “anges noirs”(5)

T’a adopté comme un vrai fils du terroir.

Pour cela, nous te répétons:!Hasta luego

Hermano Hugo!

 

Réginal  Souffrant

 5 mars 2013

 

1.- Joropo.- Danse venézuélienne

2.- Caïman étoilé.-  Une référence aux U.S.A. Selon le poète haïtien, Paul Laraque, le romancier

et militant politique  Jacques S. Alexis  de la même nationalité) a raté un livre d’un titre

similaire.

3 & 4.- Tiré du Créole haïtien “pa kita, pa nago” significant: ne pas bouger.

5.- “Anges noirs”.- Lors de sa visite en Haïti, Comandante Chavez témoigna son amour pour ce

pays en lachant qu’il est habité par “des anges noirs”.


Source : Mondialisation.ca pour chaos-controlé

Venezuela Hugo Chavez Obit

xlarge

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

home-icon      facebook-icon        twitter-icon      youtube-icon         e-mail-2-icon