La pendaison de crémaillère de la première maison Barbie avait lieu hier à Berlin. Baptisée Barbie Dreamhouse, elle est la réplique de la maison de la célèbre poupée Mattel. Elle mesure 2 500 m² et est entièrement rose bonbon. Un rêve pour les petites filles, un cauchemar pour les féministes, qui étaient venues protester contre l’ouverture d’un tel lieu.

Plusieurs dizaines de femmes, dont des membres du groupe Femen, s’étaient rassemblées pour manifester leur mécontentement et dénoncer « l’image parfaite » (et irréaliste) renvoyée par Barbie. « Nous ne voulons pas de cet idéal. Nous ne voulons pas que les enfants se construisent des rêves impossibles à atteindre, si ce n’est par le biais d’opérations de chirurgie esthétique ou de je ne sais quelle autre modification physique », a expliqué à l’AFP Lars, un manifestant qui portait une perruque blonde et des grosses lunettes de soleil.

Les Femen, elles, connues pour leurs actions coup de poing, ne se sont pas arrêtées aux mots et l’une d’entre elles a brûlé un crucifix sur lequel se trouvait non pas Jésus mais une poupée Barbie. Sur son torse (nu, comme d’habitude), le slogan « Life in plastic is not fantastic » (en référence à la chanson Barbie Girl du groupe Aqua). Une brève bousculade a suivi (lorsque le service de sécurité a essayé de la maîtriser) mais personne n’a été blessé.

La Barbie Dreamhouse est déjà très controversée alors qu’elle vient à peine d’ouvrir. Mais que les plus révoltés se rassurent, elle n’est que temporaire et devrait avoir disparu d’ici fin août.

Source : Gracia

femen-crucifix

 

 

 

 

 

 

 

 


iconeshop    facebook-icon        twitter-icon      icone-mail2     youtube-icon8