La version finale du moteur de recherche français Qwant est sortie le 4 juillet. Les fondateurs insistent sur son originalité et sa différence.

qwant

 

 

 

 

 

Aujourd'hui, près de 90 % des moteurs de recherche sont américains : Google et Yahoo! dominent, les autres se partagent les miettes. Le moteur de recherche français Qwant, lancé dans sa version définitive le 4 juillet, propose une nouvelle alternative. Les deux fondateurs ne sont pas des novices en la matière. Jean-Manuel Rozan est un financier de la société Pertimm, qui développe des moteurs de recherche professionnels, comme celui d'Auchan, du site de rencontres Meetic, ou encore le site de recherche PagesJaunes. Éric Leandri, le directeur général, est quant à lui spécialiste de la sécurité informatique. 

Qwant est le fruit d'un projet lancé en 2011, dont la version bêta a vu le jour en février, avant de sortir dans sa version définitive en juillet. Son originalité réside dans le fait qu'il propose, lors d'une même recherche, plusieurs types de résultats : les sites web classiques, "Web" ; les sites marchands, "Shopping" ; les sites d'actualité, "Live" ; ou encore les réseaux sociaux, "Social". "Il faudrait être fou pour vouloir remplacer Google, nous proposons un service différent et une expérience plus ouverte, et qui n'est pas que de la recherche", précise Éric Leandri à l'Agence France-Presse. Ainsi, lorsqu'on tape dans le moteur de recherche Qwant "football", on obtient le site de la Fédération française de foot, l'actualité footballistique, les commentaires des derniers matches sur Twitter et, enfin, le site d'achat d'une paire de chaussures à crampons.

"Voir tout, d'un seul coup" 

Pendant les quatre mois de test, entre février et mai, le site a attiré 3,5 millions de visiteurs et 250 millions de requêtes. 70 % des visiteurs sont revenus après leur première visite, visite qui dure en moyenne six minutes, ce qui prouve que les utilisateurs restent sur le moteur et l'utilisent comme une page d'entrée vers le Web. L'objectif de Qwant est de faire en sorte que l'internaute "voie tout d'un seul coup", explique Éric Leandri. "Internet est tellement vaste aujourd'hui que, pour trouver une réponse à une question ouverte, il faut aller sur un site, cliquer, sortir, aller sur un autre site. On voulait répondre à ce besoin en ayant tout à disposition d'un seul coup d'oeil", précise Jean-Manuel Rozan.

Après le scandale d'espionnage révélé par Edward Snowden, nombreux sont ceux qui ne font plus confiance aux services numériques américains. Voilà qui pourrait constituer une aubaine pour Qwant, dont le personnel, les informations et les serveurs sont localisés dans l'Hexagone...

QWANT RAPIDE ET SEDUISANT , VOIR ICI : QWANT

Source : lepoint

 

 

iconeshop    facebook-icon        twitter-icon      icone-mail2     youtube-icon8