Aucun journal ou site , pas même économique ou financier n’en parle !!!

Rappelez vous , POUTINE avait menacé de “dumper les treasuries, ET d’abandonner le Dollar US Si il y avait des sanctions” !!! Les russes s’étaient séparé de 13.5 milliards d’us treasuries dés la semaine dernière : là ils auraient carrément vendus ou “réaffectés” (c’est pareil) 105 milliards !  Pres de 80 % de leurs avoirs !!

La corrélation n’est pas encore officiellement établie, mais elle est fort probable et serait logique … et c’est, énorme !

Si les Russes ont l’intention de couler le dollar, c’est un pas qui va dans ce sens, et il suffirait qu’ils provoquent une contagion en incitant leurs proches partenaires, comme la Chine (qui a déjà commencé) , à faire de même ! 

 

dollar_collapse

 

Plus tôt aujourd’hui, nous avons signalé que,  selon les données hebdomadaires de la Fed, un montant record – environ 105 milliards – en bons du trésor avait été vendue ou simplement réaffectés (qui ,pour des raisons politiques, est la même chose) à partir des comptes de la Fed, ce qui porte le montant total de papier US détenu  à la Fed à un niveau jamais vu, depuis Décembre 2012.

 Alors que la Chine était l’un des coupables suggéré  pour avoir retiré l’équivalent  en papier USD  , un candidat extrêmement plus probable  est  la Russie, qui, comme c’est bien connu, a eu une brouille avec l’Occident en général, et son système financier modeste en particulier . Il s’avère que ce que  les institutions officielles russes ont pu faire avec leurs bons du trésor (et nous ne saurons pas avec certitude avant Juin), n’était que le début.

 En fait, comme le rapporte le FT, dans les préparations silencieuses et  non silencieuses pour ce qui seront des sanctions financières  quasi-certaines   (qui inclurait un gels des compte et des confiscations d’actifs après le référendum de Crimée de ce dimanche) les  oligarques, ont déjà retiré des milliards des banques de l’ouest ..

 

 

 

 

“Les Entreprises russes retirent des milliards des banques occidentales, craignant que des sanctions américaines sur la crise en Crimée pourraient conduire à un gel des avoirs, selon des banquiers à Moscou.

 

Sberbank et VTB,  les banques géantes partiellement publiques de la Russie, ainsi que des entreprises industrielles, tels que le groupe d’énergie Lukoil, sont parmi ceux qui ont rapatrié  du cash provenant des prêteurs occidentaux,  par des opérations aux États-Unis. VTB a également annulé un sommet des investisseurs aux États-Unis prévue le mois prochain, selon les banquiers.

 

La dernière chance de pourparlers diplomatiques entre le ministre des Affaires étrangères de la Russie et le secrétaire d’Etat américain pour résoudre les tensions en Ukraine s’est terminée sans accord.

 

Les marchés étaient nerveux avant le référendum en Crimée  de dimanche, sur la sécession de l’Ukraine. Les commerçants et les hommes d’affaires craignent que cela pourrait déclencher des sanctions occidentales contre la Russie dès lundi.”

.

Ça aura probablement lieu . L’impact de ces sanctions  forcent la Russie à engager la Chine beaucoup plus activement dans un commerce bilatéral avec elle et, finalement, à effectuer des transactions en utilisant soit des Roubles ou des  Renminbi, et de contourner le dollar .

 Peut-être même avec de l’or, ce que le prix du métal jaune a reniflé cette semaine, se propulsant à des sommets de 6 mois. Ce qui créera  également des liens financiers entre les deux pays riches en matières premières,  encore plus proche, tout en éloignant davantage encore le “diable impérialiste,”  , les Etats-Unis.

 Superbe job, Obama: vous venez  de pousser la Russie et la Chine a se rapprocher encore plus par nécessité ! En outre, il n’est donc pas surprenant que pendant que les Russes retiraient leur argent de l’ouest, les entreprises occidentales sortaient du Dodgeski.

Un haut banquier de Moscou a dit que 90 pour cent des investisseurs se sont déjà  comportés comme si les sanctions étaient en place, ajoutant que c’était de “la gestion à l’exposition prudente”.

 Ces mesures constituent le revers de la plus évident de l’ouest, par le retrait des marchés russes  de l’argent de l’Ouest , au cours de la dernière quinzaine.

Les commerçants et les banquiers ont dit que les banques américaines ont été particulièrement lourdes vendeuses  d’obligations russes. Selon les données de la Banque des règlements internationaux, les banques américaines et les gestionnaires d’actifs ont entre eux 75 milliards de dollars d’exposition à la Russie.”

http://www.zerohedge.com/news/2014-03-14/russians-have-already-quietly-pulled-their-money-west

The guardian a suivi aussi : 

Les Marchés craignent que la Russie ait dumpé les bons du Trésor US sur fond de crise en Ukraine

Le Transfert de plus de 100 milliards de dollars US laisse penser que la Russie est en mouvement pour mettre ses  fonds hors de portée des sanctions possibles

Les marchés financiers étaient en état ​​d’alerte la nuit dernière au milieu de a crise en Ukraine,  sur des spéculations que le Kremlin avait retiré ses vastes fonds en bons du Trésor, hors des États-Unis.

La Nouvelle  que plus de 100 milliards de dollars avaient été retirés aux  États-Unis la semaine dernière – au moins trois fois plus qu’à tout autre moment depuis le début de la crise financière – a renforcé les craintes que la Russie se prépare à un retour de bâton de l’Ouest, sous la forme de sanctions et qu’elle déplace ses fonds pour trouver refuge au-delà de l’influence américaine.

Les bonds ont été transférés en dehors des entrepôts de dépôt de la banque centrale des États-Unis la semaine dernière, alors que l’administration Obama avait augmenté la menace de sanctions en réponse à la crise croissante dans l’est de l’Ukraine. L’an dernier, le plus gros montant déplacé en une semaine était de 32 milliards $. Les analystes estiment que si le fait peut être attribuée à la Russie, il représente environ 80% des avoirs du pays en  obligations  de bons du Trésor américain .

La banque centrale russe est susceptible d’être derrière le mouvement, si  les riches hommes d’affaires russes devaient également être concernés par les sanctions imposées par Washington qui  pourrait geler les fonds qu’ils ont entreposés a la banque centrale américaine. Alexei Miller, le patron de la société d’énergie Gazprom, et Igor Setchine, qui dirige la compagnie pétrolière Rosneft , sont susceptibles d’être parmi les nombreuses personnalités à Moscou , affectés par  des sanctions ciblées imposées à la Russie.
L’affaire  est venu dans  la lumière après que la banque centrale américaine a indiqué que ses avoirs hebdomadaires en bons du Trésor , des placements qu’elle détient pour le compte d’investisseurs extérieurs ,  ont chuté de 105 milliards de dollars pour la semaine se terminant le 12 Mars, avec une chute  de 2.96 billions de $,   à 2.85 billions de $ .
RAPPELS :