La France « regrette » que le président américain Brack Obama n'ait pas frappé la Syrie à l'automne 2013, a déclaré lundi à Washington le ministre français des Affaires étrangères Laurent Fabius. 

 

9EN_01123227_0985



« Nous le regrettons parce que nous pensons que ça aurait changé beaucoup de choses, à beaucoup d'égards, mais c'est un fait et nous n'allons pas reconstruire l'Histoire », a-t-il affirmé lors d'une conférence de presse. 

Lavoixdelarussie

bouton_texte4 - Copie