Sans surprise, le président Barack Obama, qui possède  les «pouvoirs de guerre», a informé la branche législative d’un déploiement militaire à l’étranger conformément à la loi. Il l’a expliqué dans une lettre. Les 80 soldats déployés au Tchad dans le cadre des recherches de lycéennes enlevées au Nigeria «soutiendront les opérations de renseignement, de surveillance et de vols de reconnaissance pour des missions au-dessus du nord du Nigeria et des régions voisines», indique la lettre. Et par conséquent, il s’agit du Cameroun, du Niger et même de la Benin. La stratégie du chaos fonctionne toujours très bien…

 

 

ObamaTroops

 

 

Alors que près de 150 personnes ont péri en deux jours au Nigeria, dans des attaques de villages dans le Nord-Est et un attentat à Jos (centre), on peut comprendre que Boko Haram a terminé sa mission. Mission de déstabilisation du Gouvernement du Nigeria. La mobilisation internationale contre Boko Haram n’était qu’un leurre.

Comment comprendre que deux villages situés près de Chibok (nord-est), où le groupe islamiste armé avait enlevé plus de 200 lycéennes mi-avril, ont été attaqués coup sur coup lundi et mardi par des hommes armés non identifiés ? Où était l’armée nigeriane ? Comment comprendre que les mêmes gugusses aient attaqué le Cameroun, aussi ? 

Au paradis de la clownerie comme mode d’expression.

Il y a plus d’un mois, Boko Haram a enlevé 276 jeunes filles dans leur école de Chibok, une ville située dans l’État de Borno, un des fiefs du mouvement. Il n’y a aucun doute, tout le monde sait où sévissent ces terroristes sous pavillon. Sans surprise, ils sont mieux équipés que l’armée nigeriane et camerounaise. Mais ça, dans la cervelle d’oiseau de certains, ça n’explique rien, ils s’en félicitent même. Diantre.

Ah, ces lycéennes, quel beau prétexte ! Les ennemis de l’Afrique s’en donnent à coeur joie. Ils brocardent les pouvoirs en place sans une once de patriotisme, perdus dans la critique vaseuse et puérile. Rien, vraiment rien dans leurs propos n’est clair.  Ils se comportent comme les islamistes somaliens d’Al-Chabab, qui veulent transporter la guerre partout. Ce sont des monstres, qui se cachent derrière une supposée critique, au moment où chacun doit se mobiliser pour faire barrage à nos ennemis.

Ils adorent détester l’Afrique et oeuvrent à sa re-colonisation.

Vivant à Washington, Londres, Paris ou Bangkok, ils inoculent leur fiel dans leur activité épistolaire. Plus nocifs qu’un litre d’eau de javel que vous pouvez ingurgiter, ces gens sont des plaies. C’est par eux que passent nos ennemis pour mieux nous "esclavagiser". Ils ont toujours faim et soif. Ainsi, pour un plat de lentilles, ils vendront même leur propre père pour avoir une place, pensent-ils, au soleil.

Ces gens jouent le jeu de nos ennemis. Dans leurs sorties nauséabondes, vous ne les entendrez jamais critiquer les multinationales ou les violations des résolutions onusiennes comme en Libye. Jamais. Ils approuvent même, usant de la même dialectique morbide et mortifère de l’Occident. Ce sont les sous-fifres de ce dernier. Ce sont des démons qu’il faut combattre, que nous devons combattre avec la dernière énergie…

Allainjules

 

cia6

 

 

Boko Haram est un sous-marin de la CIA

 

Pour commencer l'auteur constate que Wikileaks a permis d'identifier l'ambassade des USA comme base pour des actes subversifs de grande portée dans le pays, incluant naturellement la mise sur écoute des membres du gouvernement nigérian, mais aussi l'espionage financier de Nigérians de premier plan ainsi que le soutien et le financement de groupes subversifs et le chantage exercé contre des politiciens de premier plan pour les contraindre à agir conformément aux intérêts des USA. 

D'après Wikileaks, l'ACRI a été fondée par les USA pour faire contrepoids à ECOMOG, sous contrôle nigérian. (ACRI est l'acronyme d' Africa Crisis Response Initiative et ECOMOG d' Economic Community of West African States Monitoring Group, un groupe du reste moins impliqué dans l'économie que dans la guerre.) 

Dans le document Wikileaks, on n'oublie pas de rappeler que dans les années 70 et 80 le Nigéria a soutenu les guerres de libération des pays d'Afrique australe. 

C'est pourquoi les USA ont fondé l'ACRI, qui a tiré profit des tensions croissantes entre sectes au Nigéria et recruté avec l'aide de la CIA de jeunes islamistes qu'elle a formés au terrorisme dans des bases ad hoc. Un câble états-unien du 29 juin 2009 prédisait l'attentat dévastateur de Boko Haram qui a eu lieu deux mois plus tard. L'Arabie saoudite avait formé des « rebelles » libyens qui à leur tour ont formé des « rebelles » maliens, qui ont formé ceux de Boko Haram. 

Un autre document de Wikileaks a dévoilé que la société d'espionnage SS8 a élaboré un cheval de Troie capable de pénétrer les ordinateurs et téléphones (iPhone, Blackberry, Android etc ), ce qui permet un contrôle minutieux aussi bien des terroristes que du gouvernement nigérian. On a pu ainsi publier sur Internet des données personnelles (adresses, coordonnées bancaires, numéros de téléphone) de politiciens nigérians et même de membres des services secrets, ce qui a naturellement constitué un précieux instrument pour Boko Haram. 

D'ACRI à AFRICOM 

L'ACRI a été fondée en 2004 par George Bush junior pour faire contrepoids à ECOMOG. Un rapport de l'ACRI affirme que sans intervenir le Nigéria pourrait utiliser sa réussite pour établir une Pax nigeriana et supplanter ainsi l'influence des anciennes puissances coloniales, la France et l'Angleterre. Et l'on invitait l'administration US à ne pas permet que le Libéria, une création états-unienne, tombe aux mains du Nigéria, car cela contrariait les intérêts stratégiques des USA dans le pays et la région. Là-dessus le commando africain US, l'AFRICOM, fut créé en 2008. Sa tâche consistait à endiguer l'influence nigériane, mais surtout chinoise. 

Le gros lot pour l'AFRICOM et son projet d'établir une Pax Americana serait bien sûr le Nigéria. Et nous en arrivons à la question de Boko Haram et aussi à la prédiction de l'United States Intelligence Council: le Nigéria devrait éclater en 2015. Depuis l'attentat d'Abuja, le 1er octobre 2010, le Nigéria vit sous la poigne de fer d'une révolte de plus en plus étendue, caractérisée par un grand nombre d'attentats et attaques qui ont fait beaucoup de victimes et dont Boko Haram endosse la responsabilité. 

Un nombre important de Nigérians prévoient déjà une longue guerre et une partition du pays. La nature apparemment insaisissable de Boko Haram a fait naître beaucoup d'interrogations chez les Nigérians. Pourquoi le groupe n'a-t-il pas de visage et se refuse-t-il à accepter les offres de dialogue du gouvernement ? Comment parvient-il à commettre si facilement ses attentats et pourquoi ne laisse-t-il aucune trace menant jusqu'à lui ? Comment surtout un rassemblement haillonneux d'hommes essentiellement sans formation ni expérience a-t-il pu se transformer presque d'un jour à l'autre en une organisation capable de concevoir, fabriquer et poser dans des bâtiments et véhicules des bombes valant des millions de nairas et de commettre des attentats dans plusieurs endroits du pays à la fois ? 

Être capable d'opérations aussi sophistiquées implique de disposer d'un système de commandement et de contrôle qui, malgré tous les efforts pour le garder caché, ne le restera pas toujours. Mais comment Boko Haram a-t-il pu anéantir tous les efforts conjugués des forces de sécurité pour découvrir et empêcher ses activités ? 

La GREENWHITE Coalition a découvert que Boko Haram était un sous-marin de la CIA coordonné par l'ambassade US. Depuis longtemps, la CIA a installé le long des frontières perméables du Tchad, du Niger et du Cameroun des camps d'endoctrinement et de formation. Des adolescents pauvres, désorientés et déboussolés y sont formés à la révolution au nom d'Allah, pour instaurer au Nigéria impie un ordre islamique juste. 

Les officiers de la CIA impliqués dans ce projet se tiennent prudemment dans l'ombre et laissent le travail concret dans les camps à des surveillants originaires du Proche-Orient spécialement recrutés à cet effet. Après plusieurs mois de formation: endoctrinement, maniement d'armes, tactiques de survie, techniques de surveillance et de fuite, les jeunes attendent, prêts à intervenir, la prochaine phase des opérations. 

Celle-ci consiste à se familiariser avec les prochains objectifs déjà élaborés à l'ambassade. Si ce sont des bâtiments qui sont visés, les armes et le matériel requis sont conservés dans des demeures sûres. Ce n'est ni un hasard ni de la voyance de la part du National Intelligence Council des USA s'il fixe à 2015 la partition du Nigéria. L'objectif de la campagne de déstabilisation est calculé de façon à affaiblir le Nigéria par une crise intérieure insaisissable d'ici à 2015, date des prochaines élections. D'ici là le climat de méfiance sera tel au Nigéria que les élections, ou n'auront pas lieu, ou conduiront à un effondrement total. L'État sera alors mûr pour une intervention militaire et une partition. 

Terence P. MacCulley, ambassadeur des USA au Nigéria 

C'est un des meilleurs diplomates des USA et dans le jargon du Secrétariat d'État aux affaires étrangères une « old Africa hand ». Savez-vous que Terence P.MacCulley, actuel ambassadeur US-américain au Nigéria, est l'un des architectes de l'Africa Crisis Response Initiative (ACRI), qui a sapé la position du Nigéria dans l'ECOMOG ? 

Savez-vous que le second emploi de l'ambassadeur McCulley est celui de coordinateur de la politique étrangère d'AFRICOM, position qui lui permet de favoriser au plan diplomatique l'entrée de l'AFRICOM au Nigéria ? Savez-vous aussi que son principal mandat d'ambassadeur au Nigéria est de coordonner les activités de l'administration US en utilisant la couverture commode de l'ambassade ? 

Savez-vous que le rapport secret de l'United States National Intelligence Council relatif à la désintégration du Nigéria, qui n'a été dévoilé qu'en partie, contient dans sa version intégrale tous les détails du projet US-américain pour atteindre ce but ? Ainsi que tous les détails de l'attentat contre le bâtiment de l'ONU à Abuja, sur ses exécutants et son mode opérationnel. Vous devriez connaître aussi la véritable mission des prétendus experts étrangers venus « enquêter » sur l'attentat. Sont-ils vraiment venus faire cette enquête et fournir les détails de leurs découvertes aux autorités nigérianes, ou bien plutôt supprimer les preuves pour dissimuler les véritables commanditaires de l'action ? 

Nous fournirons les détails concernant la situation et l'adresse des demeures sûres au Nigéria dans le prochain rapport de la Greenwhite Coalition. 

La Greenwhite Coalition 

Comme son nom l'indique, elle a choisi les couleurs du drapeau nigérian pour défendre les intérêts supérieurs de la nation nigériane contre les projets des USA visant à détruire notre pays. Dans les jours et mois qui viennent la Greenwhite Coalition informera par plusieurs voies légales l'opinion publique nigériane afin d'empêcher que notre pays passe sous la botte US-américaine. Cet article est le premier de toute une série. Nous mettons les USA en garde ; nous ne permettrons pas que nos femmes deviennent des veuves et nos enfants des orphelins comme en Irak et ailleurs. Nous ne voulons pas devenir une nation de réfugiés réduits à attendre l'aide de prétendues ONG humanitaires. Le Nigéria doit prendre sa place au soleil.

Tlaxcala

 

 

 

 

bouton_texte4 - Copie