Il s’agit du député allemand Udo Voigt, membre du Parti national-démocrate.


udo-voigt-npd-npdverbot

 

.Il est connu pour ses propos racistes et antisémites, mais sera pourtant chargé de défendre les libertés civiles des citoyens européens. Le député européen allemand Udo Voigt, membre du Parti national-démocrate, un parti néo-nazi, va siéger à la commission des libertés civiles du Parlement européen, selon le site Euractiv.fr.

"À l’instar d’Udo Voigt, les eurodéputés qui ne font partie d’aucun groupe politique au sein du Parlement européen, se sont vus attribuer une série de sièges au sein des différentes commissions", écrit Euractiv.fr. Udo Voigt, qui a notamment envisagé de proposer Rudolf Hess, ancien bras droit d’Adolf Hitler, au prix Nobel de la paix, n’a pas souhaité répondre aux questions du site.

"Profondément inquiétant" selon un élu

Pour Michael Privot, directeur du Réseau européen contre le racisme, "il est profondément inquiétant qu’un eurodéputé issu du parti néonazi allemand, le NPD, mais aussi qu’un petit nombre d’autres eurodéputés, qui véhiculent des thèses racistes et xénophobes, puissent statuer sur les droits fondamentaux des Européens". Il dit "espérer qu’ils ne perturberont pas et ne feront pas de l’obstruction parlementaire dans le cadre du travail de la commission".

Quant à Jan Philipp Albrecht, eurodéputé vert et vice-président de la commission, cité par Euractiv.fr, il affirme qu’il est peu probable qu’Udo Voigt puisse influencer le processus législatif. "Je pense qu’il est étrange de l’avoir au sein d’une commission qui lutte contre l’extrémisme et promeut la lutte contre la discrimination, juge-t-il. Mais nous ne devons pas oublier que des citoyens ont voté pour lui. C’est une question qui doit être débattue."

Le fond de la question est le côté faux cul de l’étonnement du dit Albrecht… L’Europe entière feint de ne pas voir sa propre réalité qui est non seulement l’incapacité à juguler l’extrême-droite raciste, les négationnistes de tout poil, ceux qui pensent que les chambres à gaz sont un "détail", comme ce bouffon qui propose Rudolph Hess comme prix Nobel de la paix… Qui feignent d’ignorer que dans les pays Balte on réhabilite les anciens nazis et qu’on supprime leurs pensions à ceux qui ont lutté contre ces derniers et dernier exploit, l’UE est allé installer en Ukraine de vrais nazis qui se sont aussitôt employés à aller massacrer ceux qui défendaient la mémoire de la grande guerre patriotique contre le nazisme… et enfin pour achever la comédie grotesque et tragique mettent en place l’interdiction du parti communiste d’Ukraine qui est le seul à refuser la division de l’Ukraine par les appétits des oligarques et leurs sbires fascistes…

Et comble d’ironie, nos bobos antifascistes et pro-européens s’indignent non pas que des nazis massacrent une population désarmée avec l’aval des dirigeants européens mais que la Douma russe et le parti de Poutine reçoive Marine Le Pen, député européen, élue par les Français et acceptée par le dit parlement. C’est lui qui tolérerait les fascistes en ne la chassant pas, alors qu’il faut reconnaître le fait que la Russie de Poutine a voté des lois très sévères contre le négationnisme et la promotion du nazisme.

Il est vrai que dans ce domaine l’Europe n’en est pas à une contradiction près, ne serait-ce que celle de se prétendre continent des droits de l’homme avec un passé des plus sanglants, qui disons débute avec les croisades, le génocide des amérindiens, les guerres coloniales infligées à toute la planète, la traite des noirs, deux guerres mondiales et la solution finale appliquée aux juifs, aux Roms, sans parler de quelques gracieusetés aux peuples slaves… Non content d’une telle carte d’identité, l’Europe couve d’un œil tendre son rejeton sanglant les Etats-Unis, le petit dernier avançant derrière Hiroshima et d’autres actions humanitaires…

Histoireetsociete