Juste au moment où l’Europe, dans un acte de masochisme stupide, adopte unesérie de nouvelles sanctions contre la Russie, les dernières statistiques industrielles en Allemagne montrent une chute brutale des nouvelles commandes en provenance de l’extérieur pour les produits allemands, de l’ordre de 3,2 % en juin, la plus forte au cours des 13 derniers mois.

europecrise3

Cependant, la véritable dynamique derrière cet effondrement est la situation économique déplorable au sein même de la zone euro, puisque la chute des exportations (et non pas des nouvelles commandes) a été de 10,4 % vers les pays qui en font partie, contre « seulement » 4,1 % vers les autres pays.

Mais c’était avant l’adoption des sanctions contre la Russie.

Istat rapporte que le déclin du PIB en Italie, la troisième puissance économique de la zone euro, a été de 0,2 % pour le second trimestre, ce qui la met officiellement en récession. La principale cause de cette chute est la baisse des exportations dans les trois principaux secteurs de l’économie italienne, c’est-à-dire l’industrie, l’agriculture et les services.

En France, le PIB a stagné au premier trimestre, et les économistes anticipent une « croissance » située entre 0 et 0,1 % pour le seconde trimestre.

Mais c’était avant l’adoption des sanctions contre la Russie, et avant que celle-ci n’annonce le 6 août une suspension des importations agricoles en provenance de l’Europe, des Etats-Unis, du Canada, de la Norvège et de l’Australie.

En 2013, l’UE a exporté pour 11,8 milliards d’euros en produits agricoles vers la Russie.

La contre-partie positive à tout ceci est que la réponse russe aux sanctions marque, avec une décision récente prise par l’Inde, le début de la fin du libre-échange, qui a régné en maître sur le monde depuis l’institution de l’OMC en 1995 et a conduit à l’effondrement des ateliers textiles du Rana Plaza au Bangladesh le 24 avril 2013, faisant plus de 300 morts.

Grâce à ses décisions désespérées, l’oligarchie britannique et ses acolytes ailleurs dans le monde est en train de précipiter elle-même la décomposition de son propre système ; et ce pendant que les BRICS jettent les bases d’un nouveau paradigme de croissance et de développement, un nouvel ordre économique mondial juste.

Solidariteetprogres