On se souvient encore du Père Benoit, ce prêtre basé à Lyon, auteur d'une tribune consternante après les attentats de Paris, publiée sur un site de la nébuleuse traditionnaliste, Riposte-catholique. Il y accusait les victimes d'être "les frères siamiois" de leurs assassins et leur reprochait d'avoir assisté au concert du groupe de rock Eagles of Death Metal :"Vous invoquez le diable en rigolant ? Lui vous prend au sérieux. (...) On ne joue pas avec les icônes, elles véhiculent le sacré… (...) Le drame de l'humanisme athée, qui aime le diable, la mort, la violence, et qui le dit... et qui en meurt !"

Un propos qui a visiblement inspiré un prêtre vosgien en Lorraine. Comme l'a repéré L'Expressl'Est républicain raconte que l'abbé de la paroisse de Wisembach est revenu lors d'un sermon, il y a une quinzaine de jours, sur les attentats du 13 novembre, afin de saluer la mémoire des personnes mortes aux terrasses des cafés parisiens. Les victimes du Bataclan n'ont pas eu le même "honneur". L'abbé Schneider a en effet considéré qu'elles assistaient à un concert "'inspiré par Satan".

Le maire de la commune de Ban-de-Laveline en a alerté l'évêque de Saint-Dié, soulignant que ce n'est pas la première fois que certains paroissiens vivent très mal "les positions ultra-conservatrices" de leur abbé. Le docièse a réagi dans les colonnes de l'Est républicain : "Nous ne tolérons pas ces amalgames et ces propos. Nous les refusons et les condamnons. Ce sont là des analyses inconcevables, intolérables et déplacées vis-à-vis des victimes et de leurs familles. L'abbé Schneider a fait un amalgame entre le religieux et le culturel."
 
Le prêtre a été condamné à... présenter des excuses publiques. On a connu plus radical. Le père Benoit de Lyon avait pour sa part été prié de se "retirer dans une abbaye pour prendre un temps de prière et de réflexion" et avait été relevé de ses fonctions. L'abbé Schneider va visiblement devoir aller plus loin pour connaître la même sanction.
Marianne

images