Aujourd’hui, l’un des meilleurs économistes au monde a transmis au site King World News l’extrait d’un article percutant où il averti de l’accélération de l’effondrement mondial pendant que les gouvernements accroissent la spoliation des citoyens. Ci-dessous, cette extraordinaire note de Michael Pento.

De Michael Pento des stratégies du portefeuille Pento –l’effondrement mondial s’accélère pendant que les gouvernements accroissent le vol des citoyens

 

michael-pento-300x200

 

 

 

 

 

 

Ce qu’il se dit régulièrement à Wall street, c’est que l’effondrement des cours du pétrole restaurera à court terme les capacités importantes de dépenses des consommateurs. En fait, les experts financiers ont souhaité une chute des prix de l’énergie afin qu’elle vienne sauver ces 18 derniers mois. Plus important encore, ces mêmes gourous, qui prônent les avantages d’un effondrement des cours du pétrole, ne font jamais les liens avec ce que cet effondrement montre de l’état de la croissance mondiale…

Pour preuve, ils soutiennent que cet effondrement du cours du pétrole est uniquement lié à la surabondance de l’offre en raison de l’augmentation de la production.

Le cours du brut (WTI) est passé de 105 dollars le baril en Juin 2014 à moins de 30 dollars en Janvier 2016. Le faible prix du WTI n’est pas survenue du fait d’une hausse soudaine de l’offre de brut, mais plutôt en raison d’un effondrement de la demande découlant d’une récession mondiale et d’une pression déflationniste. Selon l’Agence américaine d’information sur l’énergie (E.I.A), la production mondiale de pétrole brut a augmenté de seulement 3,3% depuis Juin 2014. Par conséquent, c’est vraiment une escroquerie intellectuelle de vouloir faire croire qu’une telle petite augmentation de la production de brut se traduirait par une réduction du cours du pétrole de 75%.


cours-du-petrole

Le nombre de plates-formes de forage plonge

La forte baisse du cours du pétrole indique soit une augmentation sans précédent de l’offre, ou une chute massive de la demande. Le rig count qui est un excellent indicateur pour se tenir informé du nombre total de plates-formes de forage à l’échelle mondiale, est en baisse de 218 plateformes par rapport à l’année précédente. Par conséquent, malgré une augmentation marginale de l’offre du fait de la levée des sanctions contre l’Iran, la baisse du cours du pétrole découle plutôt d’une chute de la demande.

Etats-Unis: la consommation d’essence au détail a chuté de plus de 55 % depuis le début de la crise

Il n’y a pas que le cours du pétrole qui a plongé. Globalement, les indices boursiers ignorent la chute des prix des matières premières et de multiples données économiques prétendent que l’économie mondiale se porte bien. Presque tous les produits se négocient à des niveaux jamais vus depuis l’avènement du nouveau millénaire. Il n’y a pas que l’énergie qui s’effondre, les métaux et les produits agricoles aussi. De plus, la moitié des actions américaines sont en baisse de plus de 25% et le carnage sur le marché actions est beaucoup plus important pour la plupart des actions étrangères. Les écarts de rendement des obligations d’entreprises par rapport à celles du gouvernement américain indiquent également qu’une récession est proche.

L’indice Dow Jones Transportation Average plonge

Un autre point qui montre que l’économie américaine n’est absolument pas dynamique. Pourquoi l’indice Dow Jones Transportation Average serait en baisse de près de 25% par rapport à l’année précédente alors que le coût du transport des marchandises a baissé très fortement ? Si l’économie se portait bien, les coûts du carburant qui sont extrêmement faibles seraient donc une formidable aubaine pour l’industrie du transport (camion, ferroviaire et aérien). Contrairement à ce que l’on nous raconte, ces sociétés rentrent dans un processus baissier puisqu’elles anticipent une chute de la demande.
dow-jones-transportation-index

 

De plus, pourquoi la construction de logements neufs s’est effondrée de près de 20% au cours des 2 derniers mois et demi si l’économie se porte si bien ? Surtout au regard des taux à long terme qui sont en baisse, ce qui rend l’accès à la propriété plus abordable. Et les taux d’intérêt ne sont certainement pas en baisse parce que les gouvernements ont équilibré leurs budgets, mais parce que les investisseurs accumulent de la dette souveraine afin de se protéger de la chute du prix des actions et de la baisse de croissance du PIB mondial.

Les défenseurs des marchés financiers font également abstraction de la flagrante récession manufacturière américaine confirmée par les commandes de biens d’équipement qui sont en baisse de 7,5% par rapport à l’année précédente. Et l’indice ISM manufacturier s’est contracté pour le quatrième mois d’affilée en janvier. Et maintenant, la croissance des services est revenu à son rythme le plus lent depuis février 2014: l’indice ISM non manufacturier est tombé à 53,5 en Janvier contre 55,8 le mois précédent.

L’effondrement mondial s’accélère

Il n’y a pas que les marchés américains qui crient à la récession. En effet, les ravages des marchés actions se ressentent en Amérique du Nord, en Amérique du Sud, en Europe et en Asie. A l’avant-garde de ce chaos, il y a l’indice composite de Shanghai, qui a perdu 50% de sa valeur depuis Juin 2015, et la Chine essaie de passer de la plus grosse bulle d’actifs de l’histoire à une économie fondée sur les services.

Le chaos sur les marchés mondiaux: des obligations à haut rendement, aux matières premières, en passant par les marchés actions, tout est interconnecté. Ce n’est pas un hasard si le prix du pétrole a commencé a s’effondrer au moment où le programme de quantitative easing s’est achevé aux Etats-Unis, et s’est accru lorsque la Fed a commencé à relever ses taux d’intérêt. L’augmentation du bilan de la FED a eu pour conséquence de faire chuter les matières premières et les actions, alors que le dollar a commencé à monter en flèche; mettant un stress extrême sur la dette record des pays émergents libellée en dollar.

Par conséquent, ça n’a aucun sens d’attendre que le prix du gaz baisse pour sauver le consommateur. Ce point est particulièrement discutable car quelle que soit l’épargne dont ils jouissent à la pompe, elle est consommée par la flambée des primes d’assurance-maladie. L’effondrement du prix du pétrole est un symptôme de l’affaiblissement de la croissance mondiale pour laquelle il n’y a pas de solutions disponibles dans l’immédiat. En effet, il n’y a rien que les banques centrales puissent faire pour fournir de plus amples allègements du service de la dette pour les secteurs public et privé, car les coûts d’emprunt sont déjà proches de zéro.

Les gouvernements accroissent la spoliation des citoyens

Ce qui nous amène maintenant à la partie la plus triste. Si la récession déflationniste continuait à suivre son cours avec un prix des actifs toujours plus faible, y compris dans l’énergie, cela conduirait à terme à une purge de tous ces excès économiques et déséquilibres. Toutefois, étant donné que la déflation est considérée comme l’ennemi public n ° 1, aucune correction saine ne sera autorisée. Au contraire, ce que les gouvernements et les banques centrales vont faire est d’intensifier l’appauvrissement de la classe moyenne dans une poursuite insidieuse de l’inflation par une politique des taux d’intérêt à zéro voire à taux négatifs et par le biais de quantitative easing. Voilà la vérité qui se cache derrière la débâcle du cours du pétrole. Ne laissez personne vous convaincre du contraire.

Sources : kingworldnews - businessbourse