Je ne vais pas y aller de main morte aujourd’hui, car si je n’avais pas une grande estime pour notre locataire du palais, disons-le clairement, ce gus vient de dépasser toutes les limites du convenable et il est en tout point indigne des fonctions qui sont les siennes. Je ne suis pas le seul à le penser car lorsque Le Point conclut un article en disant, en parlant de notre culbuto élyséen, que la « France a besoin d’un médecin et pas d’un malade » ils en arrivent à la même conclusion que moi.

photo12_chauvel_arcdetriomphe




Notre Président n’est pas seulement mauvais et incompétent. Il se montre aujourd’hui sous des atours dangereux pour notre pays et il vient de passer un point de non-retour, de franchir son Rubicon. 

Il se prend pour Mitterrand mais il n’en a pas la carrure. Plus grave, le moment choisi pour jouer la « droitisation » de l’électorat n’est pas le bon. Il y a 30 ans, les risques de guerre civile étaient inexistants. Aujourd’hui, nous sommes au bord de l’explosion. Voir un homme de « gôche », qui plus est le président en exercice, allumer la mèche n’est pas sans sel ni saveur ! 

Nos amis socialistes désemparés, idéologiquement… nus ! 

J’en rigole encore et je dois vous avouer que j’ai du mal à faire cesser mes spasmes et calmer mes zygomatiques. 

Il faut dire que depuis 5 ans, nous avions atteint des sommets dans l’art des circonvolutions oratoires et dans la finesse de la bien-pensance et le contrôle lénifiant de la dialectique contrôlée dans ses moindres détails. 

« Lézeureléplusombre ». 

« Nauséabond ». 

« Droite rance ». 

« Faire le jeu de l’estrèèème droâte ». 

« Fasciste ». 

« Rasciste ». 

« Nadine Morano »… 


Et ne voilà pas que le Président lui-même, après avoir nommé Taubira dont le laxisme est assez légendaire et qui a permis de vider les prisons de gentils petits sauvageons (et que Valls annonce la construction de 33 nouvelles prisons!!), nous explique en bref que nous avons un problème avec l’islam ; que l’immigration il y en a trop et qu’il faut la faire cesser ; que les migrants ne sont pas tous gentils et qu’on sait pas quoi en faire ; que l’intégration elle est foirée, que c’est normal que les gens écoutent Nadine Morano et que même que 80% des Français pensent comme elles, qu’ils en ont rien à foutre de perdre 3 % de pouvoir d’achat mais que tous ces barbus qui lisent le coran dans le métro ça les emmerde. Bref… Voici Hollande le facho. 

Hollande l’islamophobe. 

Hollande l’encarté au F… Haine comme disaient hier les mêmes gentils socialos. 

Hollande le rabatteur de voix de la Marine ! 

Le problème c’est qu’en fait de tout cela Hollande se fout éperdument. Sa seule ambition ? Son ambition. 

L’effroyable stratégie, certes efficace, mais moralement impardonnable 

Bon allez, disons clairement ce que fait notre goinfrosaure à crête rose. 

Contre Juppé donné favori, il n’a strictement aucune chance de se faire réélire. 

Les gens de droite voteront à droite. 

Les gens de gauche à gauche, même pour une enclume comme lui. J’entends déjà mon cousin m’expliquer doctement qu’en tant que communiste, il préfère encore Hollande à tous les autres car c’est le « moinsse » pire (j’adore quand même mon cousin, c’est normal, c’est mon cousin) ! 

Ceci étant posé, pour avoir une chance de passer et de faire un deuxième mandat, notre psychopathe élyséen doit donc pourrir au maximum la campagne en la droitisant au maximum pour ringardiser Juppé qui est un « mou » du bulbe et qui ne manquera pas de se « chiraquiser » au bout de deux manifestations. Juppé est rassurant, tout le monde se disant qu’il est moins excité que les autres, ce qui n’est pas faux. 

Il faut donc anéantir les modérés. Je vous laisse imaginer à quel point il faut être tordu, quand on connaît l’état de notre pays, pour vouloir par ambition personnelle anéantir les modérés de droite. 

Il faut donc « déculpabiliser » le vote FN, et le vote Sarko, ce que Hollande s’emploie désormais à faire tout en sachant que les bonnes âmes de gôche ont également de plus en plus de mal à voir la « diversité » heureuse que l’on tente de vendre de Grigny à la Grande Borne… 

Pour droitiser la droite, on tient à gôche un discours… de droite ! Du coup, Juppé le centriste en prend un gros coup sur la cafetière à la veille du premier débat des primaires. Sarko se frotte les mains et Marine se lèche les babines. 

L’idée d’Hollande : choisir son adversaire car effectivement, 2017 se joue en novembre pour lui aussi. Hollande est entré en campagne contre Juppé et nous risquons fort d’assister à une chevauchée de Sarko dans la dernière ligne droite qui ira coiffer au poteau Juppé avec l’aide objective d’Hollande, quoi qu’il en coûte à la gauche, à la droite et surtout… à notre pays. 

Sarko/Hollande ? Non… Marine ! 

Comme il l’a dit… « il est prêt », ce qui peut se traduire par « je vais me représenter ». Il fera tout pour affronter Sarko et sa stratégie est techniquement la bonne. 

À ceci près que nous avons déjà essayé ces deux présidents et que presque 70 % des Français ne veulent aucun des deux. 

Au premier tour, nous atteindrons un taux d’abstention historique pour une présidentielle. En poussant un peu, surtout si nous avons un ou deux attentats de plus, alors Marine Le Pen pourrait être élue presque par défaut et faute de votants avec 50,01 % des voix au premier tour parce que personne ou presque n’ira voter pour le même choix qu’en 2012, ce qui serait une provocation démocratique. 

Pire… Hollande sait que sa seule chance est de faire en sorte que le maximum de voix aillent au Front National et ce, dès le premier tour, car si les gens de gauche ne voteront jamais F « Haine » comme ils disent, les gens de droite, eux, excédés et déculpabilisés par les propos d’un Hollande « socialiste », pourraient fort bien voter massivement Marine. À l’arrivée ? Un bon 35 % pour le FN, un 20 pour Sarko et 21 % pour Hollande qui pourrait, la tête haute, incarner le « front républicain ». 

Conséquence logique dans les prochaines semaines et mois : 
Hollande fera tout pour exacerber les sentiments « droitiers » et va faire le jeu de « l’estrèèème droate »

Nous avons besoin d’un médecin et pas d’un malade ! 

Le problème, mes chers amis, au-delà des convictions politiques et religieuses de chacun, c’est que nous dansons sur un volcan. Nous ressentons tous ce raidissement des communautés entre elles, et au bout du chemin, la confrontation qui pourrait survenir. 

Le pire des scénarios pour un pays est celui de la guerre civile, or je peux vous garantir que la guerre civile est devenue la norme des guerres depuis la fin du siècle dernier et les années 90. 95 % des guerres SONT des guerres civiles. 

Toutes les politiques menées de laxisme, d’immigration incontrôlée, de dérives religieuses acceptées, nous conduisent tout droit à un chaos prévisible à échéance relativement brève. 

La France a besoin de se soigner, et de soigner les siens, tous les siens, car si nous ne le faisons pas, alors nous finirons tous unis par la même et seule couleur qui nous rassemblera, à savoir celle du rouge qui coulera dans nos villes et qui a déjà que trop largement coulé. 

Hollande a décidé de jouer avec le feu. Le problème c’est que cet abruti va se brûler et déclencher le plus effroyable incendie que ce pays n’ait jamais connu. 

Au tribunal de l’Histoire, François Hollande, vous êtes coupable. 

Il est déjà trop tard. Préparez-vous !