Les manifestations ont dérapé ce dimanche à Paris où les policiers ont commencé à avoir recours à la force contre les manifestants et contre des représentants de la presse, rapporte une correspondante de Sputnik présente sur place.

« On s'est fait passer à tabac. Ils tabassent tout le monde, y compris les journalistes », constate la correspondante.

« Ils m'ont retiré mon casque et ont failli abîmer mon téléphone et tirent des flash-ball ».

Le fait que la journaliste ait montré sa carte de presse n'a pas changé la situation, la police a continué à avoir recours à la force à son encontre. La police a en outre jeté par terre des représentants de la presse, indique-t-elle.

Manifestation contre les résultats des élections
© SPUTNIK.
Manifestation contre les résultats des élections

La presse écrit que la situation a dérapé après que des manifestants ont lancé un pétard en direction de la police. Toutefois, la journaliste de Sputnik dit n'avoir observé aucune provocation de la part des personnes rassemblées. « Du coup, ils ont couru et commencé à frapper ».

Manifestation contre les résultats des élections
© SPUTNIK.
Manifestation contre les résultats des élections

Le lendemain de l’élection d’Emmanuel Macron, la place de la République accueille une manifestation sociale nommée « Régression sociale élue, tou.tes dans la rue! ». Le rassemblement a démarré à 14h00. Dès les premières minutes, la zone a été bouclée, tant habitants que journalistes ont eu du mal à y pénétrer, d’après les correspondants de Sputnik présents sur place.

 

Cette mobilisation post-second tour s'est donnée pour objectif de se dresser contre la politique du Président élu. Parmi les slogans, on entendait « Un jour, c'est déjà trop, Macron, démission! ». Sur les pancartes, on pouvait lire « Les banques pillent les États », « Unité notre force », « Urgence sociale et écologique » ou encore « Pour l'égalité des droits contre un précariat généralisé ».

 

Prévue de longue date par le collectif Front social, cette manifestation est destinée à démontrer que le peuple ne restera pas inactif face à la politique anti-sociale, « qu'elle soit ultra-libérale comme la loi Travail » ou xénophobe. Les organisateurs attendaient quelque 2 000 participants, toutefois elle a réuni plusieurs milliers de personnes.

Sputniknews